La présidence accueille depuis mardi les Etats généraux de la production audiovisuelle et cinématographique des outre-mer. Le président Edouard Fritch, le ministre du Tourisme, Jean-Christophe Bouissou et le haut-commissaire René Bidal ont assisté à l’ouverture.

Les Etats généraux de la production audiovisuelle et cinématographique des outre-mer ont commencé mardi matin à la présidence. Dans son discours, le président Edouard Fritch a salué cette initiative de Christine Vial-Collet, présidente de l’association des producteurs de cinéma et d’audiovisuel de Guadeloupe, et de Christine Tisseau-Giraudel, présidente du syndicat de la production audiovisuelle en Polynésie, et a tenu à les remercier d’avoir retenu la Polynésie française pour l’organisation de cet évènement. Le but de ces Etats généraux est de faire en sorte que la filière audiovisuelle et cinématographique dans les outremer ne soit pas cantonnée aux seuls outre-mer, mais qu’elle dépasse les frontières marines et se propage au niveau national, voire international. Trop souvent en effet, les productions locales peinent à trouver des marchés hors des lieux de production. Or, pour la Polynésie française, toutes ces productions ont aussi vocation à mieux faire connaître la destination, à des fins de promotion touristique, secteur très important pour l’économie du Pays. Le haut-commissaire, de son côté, a insisté pour que le soutien de France télévision au bénéfice de la production audiovisuelle et cinématographique des outre-mer puisse se comparer à celui que la chaîne publique apporte aux sociétés de production métropolitaines. L’objectif est simple, renforcer le rayonnement des œuvres ultramarines ou coproduites en outre-mer, sur l’ensemble des chaînes et supports de l’audiovisuel public, notamment pour les documentaires, courts-métrages et fictions.

Source : Radio 1

Communiqué de presse de la présidence de la Polynésie française

Le Président Edouard Fritch, et le ministre du Tourisme, Jean-Christophe Bouissou, ont participé mardi matin, aux côtés du Haut-Commissaire de la République, René Bidal, à l’ouverture des Etats généraux de la production audiovisuelle et cinématographique des Outremer, à la Présidence.

Dans son discours, le Président a salué cette initiative de Christine Vial-Collet, présidente de l’association des producteurs de cinéma et d’audiovisuel de Guadeloupe, et de Christine Tisseau-Giraudel, présidente du syndicat de la production audiovisuelle en Polynésie, et a tenu à les remercier d’avoir retenu la Polynésie française pour l’organisation de cet évènement.

Edouard Fritch a indiqué que regrouper les Outre mers pour dégager des perspectives communes et tenter de parler d’une seule voix était pour lui une excellente initiative. Il a expliqué notamment qu’au niveau du Parlement, à Paris, c’était bien cette démarche que son gouvernement tentait d’insuffler autant que possible, malgré les identités propres des collectivités. En effet, pour le Président, toutes ces identités se retrouvent dès lors qu’il s’agit de parler des grands enjeux, et notamment quand il s’agit d’affirmer leur présence à part entière dans l’ensemble national. C’est bien en étant regroupées que les collectivités ont le plus de chance de se faire entendre et d’être une force de propositions structurée pour le développement de la filière audiovisuelle et cinématographique dans les outre mer français.

Edouard Fritch a émis le souhait que cette filière ne soit pas cantonnée aux seuls outre mers, mais qu’elle dépasse les frontières marines et se propagent au niveau national, voir international. Trop souvent en effet, les productions locales peinent à trouver des marchés hors des lieux de production. Or, pour la Polynésie française, toutes ces productions ont aussi vocation à mieux faire connaître la destination, le tourisme étant un secteur très important pour l’économie polynésienne. Montrer les paysages, mais aussi mieux appréhender la culture et la richesse humaine de notre Pays, c’est ce que la filière polynésienne cherche aussi à valoriser au travers de ces œuvres.

Le Président a souhaité que l’ensemble des participants à ces Etats généraux sortent plus soudés encore et mieux armés pour aller à la conquête de nouveaux marchés, et ce afin que les œuvres ultramarines soient mieux distribuées et contribuent à l’émergence d’une véritable économie audiovisuelle dans leurs territoires respectifs.

Communiqué de presse du Haut-commissariat de la République en Polynésie française

M. René BIDAL, Haut-Commissaire de la République, a participé, aux côtés de M.Edouard FRICH, Président de la Polynésie française et des délégations des autres territoires et départements d’Outre-mer représentés, à l’ouverture de la 1ère édition des « Etats généraux de la production audiovisuelle et cinématographique des Outre-mer » qui s’est déroulée, ce matin, à la Présidence de la Polynésie française.

A cette occasion, Mme Ericka BAREIGTS, Ministre des Outre-Mer, s’est adressée aux participants, grâce à une vidéo préenregistrée, pour exprimer son soutien à cette manifestation qui regroupe des associations et syndicats de professionnels ultramarins de la production audiovisuelle et cinématographique, mais aussi un représentant du centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) et un comité d’experts.

Le Haut-Commissaire a pris la parole en relevant la qualité et le professionnalisme de la «production polynésienne» qui doit inspirer confiance aux grands intervenants parisiens de la production audiovisuelle, il a insisté pour que le soutien de France télévision au bénéfice de la production audiovisuelle et cinématographique des Outre-mer puisse se comparer à celui que la chaîne publique apporte aux sociétés de production métropolitaines, en s’appuyant sur la qualité reconnue de ses chaînes : Outre-mer 1ère, France Ô, mais aussi, France 2, France 3, France 4 et France 5. L’objectif est simple : renforcer le rayonnement des oeuvres ultramarines ou co-produites en Outre-mer, sur l’ensemble des chaînes et supports de l’audiovisuel public, notamment pour les documentaires, courts métrages et fictions.

Le représentant de l’Etat a félicité les organisateurs pour avoir réussi à mener à bien cette initiative, qui est une première, grâce, notamment à l’engagement et à l’implication de Mme Christine TISSEAU-GIRAUDEL, Présidente du Syndicat de la production audiovisuelle en Polynésie française (Spapf).